ECOFORUM ECOLAB

Pollution atmosphérique : Il faut prendre le taureau par les cornes

Photo d’illustration: AP Images

Le monde entier a commémoré le 5 juin 2019 la journée internationale de l’environnement. «Stop à la pollution de l’air», tel est le thème de la présente édition. Comme le chante l’artiste ivoirien Tiken Jah Fakoly dans son nouvel album dédié à la lutte contre le changement climatique « Le Monde est chaud ». Il est donc temps de passer à l’action. Mais comment y procéder ? Selon le message du secrétaire général de l’ONU, António Guterres, adressé aux gouvernements, la solution serait de « taxer la pollution, cesser de subventionner les combustibles fossiles et arrêter de construire de nouvelles centrales à charbon et (…) passer à une économie verte » ; a-t-il martelé lors de cette journée commémorative de l’environnement en Chine.

L’importance de l’environnement sur le bien-être des populations et le développement économique est sans conteste. Il faut donc entreprendre des actions en vue de sa protection car c’est une question vitale. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle l’ONU a initié depuis 1974, la journée internationale de l’environnement dans l’objectif de sensibiliser et attirer l’attention des décideurs politiques et la société civile sur les questions environnementales.

Cette année la journée est célébrée autour du thème : Stop à la pollution de l’air. Le thème invite les différents acteurs à réfléchir à des méthodes de réduction de la pollution atmosphérique et son corolaire de réchauffement climatique. Notons que les causes majeures de la pollution atmosphérique proviennent essentiellement des installations industrielles, les transports, les activités domestiques, l’agriculture, la combustion des déchets, etc. A l’ouverture de cette journée consacrée à l’environnement dans la ville Chinoise de Hangzhou, le message du président de la République populaire de Chine, Xi Jinping, est fort interpellateur: “L’humanité n’a qu’une seule planète. La conservation de l’environnement et le développement durable relèvent de la responsabilité commune de tous les pays.”, a-t-il indiqué.  

A l’occasion, les organisateur de l’événement ont lancé le hashtag #BeatAirPollution sur Weibo, l’une des plus grandes plateformes de médias sociaux en Chine. Ce qui a permis d’atteindre environ 520 millions d’utilisateurs.

L’Afrique n’est pas en reste!

De la Chine au Kenya en passant par l’Inde, le Myanmar les Philippines et le Nigéria, des engagements ont été pris pour la lutte contre la pollution de l’air lors de cette semaine de l’environnement. A cet effet, le bureau régional de l’ONU Environnement pour l’Afrique reconnait que le continent est confronté à de graves problèmes environnementaux, notamment la dégradation des terres, la déforestation, la perte de biodiversité et l’extrême vulnérabilité aux changements climatiques. Cependant, la région compte environ 15% de la population mondiale et certaines de ses espèces sauvages les plus emblématiques. Déjà en mars 2019 le chef de la délégation chinoise, Zhao Yingmin, par ailleurs vice-ministre de l’Écologie et de l’Environnement, et Joyce Msuya, la directrice exécutive par intérim d’ONU Environnement, s’étaient rendus à Nairobi au Kenya pour annoncer la volonté de l’ONU de soutenir les efforts du continent vers le développement durable.

Il est donc nécessaire d’exhorter les différents acteurs à se tourner vers les énergies renouvelables et les technologies vertes en vue d’améliorer la qualité de l’air dans les villes et les différentes régions du monde. Car, rappelons-le, la survie de l’humanité dépend de l’environnement. Protégeons-la et elle nous comblera.

Noufou OUEDRAOGO

Related posts

CLIMAT : UNE MOBILISATION MONDIALE POUR FAIRE PRESSION AUX POLITIQUES

admin

Les politiques et le climat en France

admin

UPWELLING SÉNÉGALAIS : DYNAMIQUE ET CONSÉQUENCE SUR LA PÊCHE

admin

Leave a Comment

Résoudre : *
24 − 11 =